L’organisation

Le matériel

L’ordinateur de l’enfant ou de l’adolescent doit comporter les critères suivants :

  • Léger (le poids du sac ne doit pas dépasser 10% du poids de l’enfant)
  • Taille : 13,3 à 15 pouces
  • Processeur : Core i3 ou i5
  • Mémoire vive (RAM) : 8 Go minimum
  • Mémoire de stockage : 256 Go minimum

/!\ La plupart des ordinateurs sont vendus avec une version d’essai de Word. Prévoir d’acheter la version complète.

Je vous conseille d’acquérir une housse (pas une sacoche, que l’ordinateur puisse entrer dans le cartable), qui protègera au mieux l’outil.

La souris : de petite taille ! Pour limiter les amplitudes du mouvement et l’activité musculaire et ainsi entrainer une meilleure précision et une augmentation de la rapidité d’exécution.

NB : Une souris avec fil permet de ne pas avoir à se soucier des piles…

Le scanner de poche : de type Iriscan Book 3, avec reconnaissance de caractères, permettant de scanner les livres et les cahiers.

Un imprimante scanner : pour scanner et imprimer les documents à la maison.

Un cartable : Il faut choisir un sac léger et sans roulettes. Il doit y avoir deux compartiments : un pour l’ordinateur et un pour le matériel scolaire classique.

Organisation à la maison :

Vous pouvez acquérir un meuble à compartiments en plastique transparent ou bien installer des étagères. Il est important que les espaces soient distincts :

– Un espace pour les livres ;

– Un espace pour les classeurs : un classeur de couleur par matières (toujours la même couleur pour une même matière) où seront rangés les leçons, exercices et contrôles terminés et imprimer, séparé par des intercalaires.

L’enfant doit avoir une imprimante/scanner à disposition.

Tous les soirs, le trieur doit être passé en revue pour y enlever les documents qui ne sont plus utilisés et les ranger dans le classeur correspondant. Les leçons et les exercices terminés doivent être imprimés et rangés.

Une fois par mois, faire une sauvegarde du Cartable sur clé USB ou disque dur externe.

 

Organisation au collège :

 

1)    Organisation pratique :

En début d’année, il est essentiel de s’entretenir avec les enseignants pour :

– Prévoir une place à côté d’une prise électrique ;

– Prévoir un double jeu de livres : un pour la maison et pour la classe (certains éditeurs proposent des manuels téléchargeables gratuitement) ;

– Donner une clé USB (de la même couleur de la matière) à chaque enseignant pour faciliter les échanges de documents ;

– Prévoir un lieu où l’élève pour poser son sac pendant le sport, la récréation et les repas.

 

2)    Organisation dans l’ordinateur :

Deux sessions seront créées : une session « personnel » ou l’élève peut mettre ses photos, ses vidéos, sa musique… et une session « travail » utilisée pour les cours. Ce clivage permet de structurer l’organisation de l’enfant dans son quotidien informatique et de rassurer et de montrer aux enseignants le côté « sérieux » de l’élève quant à l’utilisation de l’outil en milieu scolaire (pas d’activité autre que celle du cours).

Organisation du bureau de la session « travail » :

– Fond d’écran épuré, neutre, sans détails ou images non adaptées (exemple : images de jeux vidéo) ;

– Raccourcis des outils et logiciels principaux dans la barre des tâches ;

– Dossiers « Cartable » sur le bureau ;

– Agenda numérique ;

– Le dossier de l’ergothérapeute (facultatif).

Rangement des leçons :

Les leçons sont rangées dans un dossier appelé « Cartable ». Dans ce dossier, des sous-dossiers par matière sont créés. L’organisation à l’intérieur de ses dossiers varie en fonction de la classe, de la matière et de la préférence d’organisation de l’enfant.

Par exemple, le dossier « Français » peut être divisé par « Séquences » et le dossier « Mathématiques » en « Leçons », « Exercices » et « Contrôles ».

Ecrire les leçons :

L’ordinateur doit être équipé du logiciel de traitement de texte Word, afin de pouvoir, personnaliser le ruban (en créant une interface et une barre d’outil de Word personnalisées pour la prise de notes en milieu scolaire, y compris pour les écritures mathématiques). Ce logiciel permet également de légender et de compléter les cartes d’histoire-géographie. Les logiciels de traitement de texte gratuits ne permettent pas l’ensemble de ces fonctionnalités.

Compléter un polycopié :

L’élève informatisé scanne le polycopié à remplir, distribué par le professeur. Il sera équipé d’un logiciel spécifique pour le compléter, PDF X-Change Editor.

Faire les exercices de géométrie :

Utilisation du logiciel Géogébra. Il s’agit d’un logiciel de géométrique dynamique, contrairement aux logiciels proposant des outils virtuels, dont l’orientation et la manipulation restent toujours compliquées. Avec Géogébra, l’élève conceptualise, donne des ordres à l’ordinateur, qui effectue le tracé.

Noter les devoirs :

Utilisation du logiciel Rainlendar. Il s’agit d’un logiciel avec lequel l’élève peut inscrire ses devoirs à partir d’un calendrier, résumés en liste, chronologiquement et par matière.

 

3)    Organisation pour les contrôles :

Pour les contrôles, plusieurs solutions existent :

– L’élève fait ses contrôles directement sur un page libre du traitement de texte,

– Le professeur fournit le contrôle en version numérique sur clé USB (à compléter sur Word ou PDF X-Change Editor),

– Le professeur fournit le contrôle en version papier et l’élève le scanne en format PDF, et le complète avec PDF X-Change Editor.

Le contrôle est rendu sur clé USB.

 

Aménagements spécifiques :

Pour les élèves ayant des difficultés spécifiques, des aménagements spécifiques peuvent être mis en place.

  • Logiciel de dictée vocale, pour transcrire l’oral en écrit, le plus souvent utiliser en dehors de l’établissement scolaire (par exemple : pour faire les devoirs).
  • Logiciel de synthèse vocale, pour transcrire l’écrit en oral, toujours pour les devoirs.
  • Correcteur orthographique, pour compenser la dyslexie, la dysorthographie et supprimer la situation de double tâche (composer ET réfléchir à l’orthographe, retranscrire l’oral ET réfléchir à l’orthographe, etc).

 

Lien avec l’ergothérapeute : 

Dans un premier temps, l’ergothérapeute apprend à l’enfant la frappe automatisée sur outil informatique. Progressivement, le travail sur les logiciels spécifiques (qui sont en la possession du professionnel ou de l’enfant) est réalisé. Les logiciels payants sont attribués avec le matériel si celui a été demandé dans le dossier MDPH ou achetés par les parents. Ces logiciels sont souvent onéreux.

Des mises en situation en lien avec le programme scolaire sont faites pour apprendre à l’enfant à utiliser ces applications. Puis, l’ergothérapeute apprend à l’élève à être autonome et responsable dans la gestion de son ordinateur au quotidien (exemples : classer les dossiers, faire des sauvegarde, scanner les documents). L’enfant doit être suffisamment à l’aise avec l’outil avant de l’introduire en milieu scolaire, sinon il sera mis en situation de double tâche. C’est pourquoi, je demande dans un premier temps d’utiliser l’ordinateur uniquement à la maison pour faire les devoirs : l’enfant est mis en situation de production sur outil informatique sans l’environnement scolaire qui exige plus d’autonomie. Puis, l’outil est pris en classe d’abord un jour par semaine, dans les matières où la production écrite est fréquente (français, histoire-géographie) et les expérimentations dans les autres matières se font progressivement. Nous faisons le point en séance d’ergothérapie une fois par semaine, pour vérifier ce qui a été correctement fait, apprendre de nouvelles fonctions ou adapter celles qui ont posé problème.

 

Je me tiens à la disposition de tout parent ou enseignant souhaitant échanger sur l’organisation de l’outil informatique.

Comments are closed.